20/11/2020

Notre actualité

Le Grand Débat de la filière visuelle en vidéo

La filière visuelle est bien au centre de multiples questions d’évolutions organisationnelles et des politiques de santé actuelles.

La filière visuelle est bien au centre de multiples questions d’évolutions organisationnelles et des politiques de santé. Avec 30 millions de consultations et le développement de nouvelles technologies qui émergent, plusieurs rapports tentent de résoudre les difficultés chroniques de la santé visuelle. En premier lieu, les délais d’attente qui sont de l’ordre de 60 à 90 jours en moyenne pour une consultation d‘ophtalmologie. Analyse des pistes d’évolution et de réformes présentées par les professionnels de la filière visuelle.

Animée par le Dr Pascal Maurel, journaliste (Ortus), l’émission Le Grand débat de la filière visuelle est proposée le 1 er Décembre 2020 par Point Vision. Elles réunit, (de 00:00 à 07:00) autour du Dr François Pelen, cofondateur du Groupe Point Vision, des experts et des professionnels de la santé visuelle et notamment des trois principales organisations professionnelles. des ophtalmologistes, orthoptistes et opticiens.

Nicolas Bouzou, économiste (Astérès) est co-auteur d’un rapport sur la santé visuelle. Il précise (de 07:00 à 14:00) que des réformes intéressantes sont en cours mais que les évolutions s’opèrent à un rythme trop lent. Face à des délais d‘attente importants dans de nombreuses régions et territoires, les exigences des populations et des élus sont pressantes. Les professionnels, pour leur part se mobilisent et tentent d’apporter des solutions en commun. Dans une filière réputée dynamique et attractive, le développement scientifique et technologique ainsi que la pression démographique liée au vieillissement des populations obligent les acteurs à viser un développement rapide et harmonieux. L’économiste refuse le rationnement et milite pour laisser aux professionnels la liberté d’agir qui, comme on le constate avec la crise sanitaire, permet au système de santé de réussir face aux difficultés. Mais, il convient cependant de tirer des enseignements, d’évaluer les résultats des mesures déjà prises par les Pouvoirs publics et par les professionnels eux-mêmes.

Les 3 « O » en Débat

(de 14:00 à 48:30) Selon le Dr Thierry Bour, Président du SNOF, la démographie médicale s’améliore avec le triplement du nombre d‘internes en ophtalmologie par rapport aux années 2000. L’ophtalmologie reste très attirante pour les jeunes médecins et grâce aux différentes mesures prises par les autorités, le nombre d’ophtalmologistes devrait se stabiliser puis croître. De leur côté, selon Laurent Milstayn, Président du SNAO, les orthoptistes se sont multipliés depuis plusieurs années et sa spécialité attire les jeunes par la technicité de leur métier et les pratiques d’actes variés. Pour sa part, André Balbi, Président du ROF, considère que s’il y a encore des déserts médicaux, les organisations en filière et des coopérations efficaces permettent de limiter les difficultés. Le 100% Santé, qui lutte contre le renoncement aux soins, montre des avancées encourageantes. Les responsables de la profession considèrent que la télémédecine est un nouvel atout qui montre son intérêt dans la crise sanitaire actuelle.  

L’entreprise médicale existe et François Pelen l’a rencontrée (41:00 à 48:30). Le dirigeant de Point Vision prône pour une réforme entrepreneuriale, seule capable de répondre aux enjeux du développement technologique. Il insiste sur la nécessité de regrouper les forces, de collaborer entre professions de santé, de pousser les acteurs à coopérer et d’enseigner le management durant les études de médecine.

Des spécialités dynamiques

(49:00 à 1:02:00) L’ophtalmologie, l’orthoptie, l’optique intéressent les jeunes professionnels qui ont intérêt à collaborer et s’épauler. C’est ce que nous disent le Dr Marion Gilles (Point Vision), Lucie Verniquet (FFEO) et le Dr Arthus Drevon (AJOL) .

La richesse des formations, l’exigence des enseignements, la capacité à embrasser la recherche, le nombre de spécialités et de sous-spécialités sont d’un grand attrait. Au-delà du soin, de la chirurgie pour certains, les disciplines visuelles offrent de nombreuses perspectives en santé publique et prévention. Les professionnels de la filière visuelle veulent communiquer pour valoriser le développement des compétences, améliorer la qualité des soins et des prises en charge et relever les défis du présent et de l’avenir

?>
Avis clients vérifiés