16/03/2021

Nos Parutions

Smart Génération reçoit François Pelen

Dans leur recherche de témoignages de grands dirigeants du monde du travail, le média étudiant d’HEC « smart génération » interrogeait François Pelen.

Lors de mes études, j’aurais aimé pouvoir faire du management en même temps que la médecine. 

Chaque mois, trois étudiants d’HEC font passer un oral à un grand patron. Des questions sur sa vie étudiante, sur ses décisions les plus difficiles, ou encore sur l’avenir de son business. 

C’est donc dans leur recherche de témoignages de grands dirigeants du monde du travail, que le média étudiant d’HEC « smart génération » interrogeait François Pelen. Cette interview avait pour objectif que les jeunes générations puissent s’inspirer de ces figures de l’entreprenariat, apprendre de leurs succès et de leurs échecs.

Ses études

François Pelen a donc put échanger sur son parcours de vie personnel et professionnel en retraçant toutes ses expériences du début de ses études jusqu’à l’entreprenariat. En effet, le Docteur Pelen explique que depuis toujours, il voulait travailler dans un milieu qui « sert aux autres ». Il fut d’abord intéressé par le métier de journaliste, puis par le fait d’étudier en école de commerce. C’est finalement dans le secteur de la santé qu’il se tournera, et où il étudiera le métier d’ophtalmologue, pendant sept ans.

François Pelen décrit qu’il a néanmoins ressenti quelques inconvénients à ses études de médecine, notamment sur le fait qu’il n’y avait pas de cours de management, ce qui, pour lui, lui semblait indispensable et lui a manqué dans son parcours étudiant. En effet, il aurait aimé, lors de ses études, « pouvoir faire du management en même temps que la médecine ». Il explique également qu’à l’époque, déjà, il avait cette envie d’aller vite et d’être efficace. Effectivement, ce qui lui a plu dans l’ophtalmologie est que, en dehors du grand intérêt de la spécialité, contrairement aux autres métiers de la médecine, il n’y a, par exemple, pas besoin de perdre du temps à faire déshabiller le patient, car l’ophtalmologue a accès à l’œil tout de suite.

Son arrivée dans le monde du travail

A la fin de ses études, François Pelen rentre en stage chez Sanofi et se fait vite remarquer pour sa qualité de travail. Lors du départ en retraite du dirigeant du service R&D de l’automédication, on lui propose de reprendre le poste. Il accepte et se retrouve à la tête d’une équipe de quarante personnes, pour certaines plus âgées que lui, ce qui fut compliqué pour gagner en légitimité. Grâce à son intérêt pour les médias et à sa formation d’exécutive MBA en école de commerce, il put se former et comprendre les rouages du management. Ainsi, il sut acquérir le savoir-faire pour gérer le poids des responsabilités qui incombait à son poste.

C’est en 2011, à l’âge de 53 ans, que François Pelen décide d’abandonner tous les avantages et les privilèges liés à son haut poste pour se lancer dans l’entreprenariat et créer sa start-up : Groupe Point Vision. Il raconte qu’il a tout d’abord cherché des associés, ce qui était non négligeable et d’un soutien sans faille pour la réussite de la création de son projet. Selon lui, la décision de se lancer dans l’entreprenariat a été et est toujours la meilleure décision qu’il ait prise de sa vie, malgré le fait qu’il ait dû « tout reprendre depuis le début » dans son parcours de carrière professionnelle.

Et après ?

Pour conclure, le Docteur François Pelen tenait à être porteur d’un message d’espoir pour les jeunes générations, et les encourager à « se mettre dans le monde d’après le Covid », de ne pas se relâcher pendant cette période compliquée qui peut pousser à abandonner ou retarder un projet entrepreneurial. Selon lui, c’est ceux qui réussiront à transformer et adapter les métiers, à entreprendre et se lancer dans leurs projets dès aujourd’hui, pendant cette crise sanitaire, qui réussiront demain.

?>
Avis clients vérifiés